A/L

LES CONCOURS


Les classes préparatoires littéraires sont conçues pour permettre aux étudiants de se présenter à la fin de la seconde année (khâgne) au concours de la BEL (Banque d’épreuves Littéraires) et de poursuivre, avec toutes les chances de réussite, des études universitaires longues.

Depuis 2011, la mise en place de la BEL, ouvre l’accès direct (même programme, mêmes épreuves écrites) à plus d’une quarantaine d’écoles :
Les meilleurs des étudiants peuvent être admis dans les écoles Normales Supérieures (ENS Paris, ENS LSH Lyon, ENS Cachan) qui offrent 250 places par an. Mais la BEL permet aussi de se présenter à des écoles prestigieuses et diversifiées qui offrent plus de 1000 places par an pour les étudiants des classes préparatoires littéraires, ainsi les écoles de management (HEC, ESSEC, ESCP, EDHEC …), les Instituts d’études Politiques, des écoles de communication (Celsa) et de traduction (ISIT, ESIT...). L’école Nationale des Chartes (concours B) recrute également par la BEL.

Le programme du concours est annuel et fixé par les ENS. Les épreuves écrites, dites d’admissibilité, se déroulent au lycée Faidherbe entre la fin du mois d’avril et le début du mois de mai.
Début juin sont connus les résultats partiels qui opèrent un classement national des candidats : admissibles aux ENS, sous-admissibles aux ENS, admissibles dans les différentes écoles souhaitées. Les étudiants admissibles se présentent alors à des épreuves orales, spécifiques à chaque école, qui se déroulent fin juin, début juillet, et débouchent sur l’admission.
ALPhotoConcours


/ LES ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES
Il s’agit d’établissements d’enseignement supérieur d’excellence tant par les qualités des étudiants normaliens et des professeurs que par les conditions d’études offertes (bibliothèque, partenariat, ouverture). Les étudiants normaliens achèvent durant 4 années leur formation universitaire, destinée à des carrières de chercheurs, d’enseignants, de hauts fonctionnaires. Ils bénéficient du statut de fonctionnaires stagiaires, salariés de l’État durant leurs études (1300 euros mensuels environ) avec l’engagement d’un service de l’État d’une durée minimum de 6 ans.

On distingue les trois ENS par leur localisation : ENS Ulm à Paris, ENS Lettres et Sciences Humaines à Lyon, ENS Cachan.
/ ÊTRE SOUS-ADMISSIBLE AUX CONCOURS DE L'ENS
À l’issue des résultats des écrits, des candidats sont déclarés « sous-admissibles » : il s’agit de bons étudiants qui ne sont pas retenus pour les épreuves orales mais dont les performances les ont bien classés au plan national et que les jury distinguent. La sous-admissibilité signale donc le très bon niveau d’un étudiant au terme des deux années de classes préparatoires et lui sert de « passeport » pour entrer dans des filières universitaires sélectives.

Banque d'épreuves
littéraires (BEL)
ALaccolade 
CELSA / Information et communication, Paris 4
ESIT / Interprétation et traduction, Paris 3
ISIT / Communication
IEP / de Lyon, Lille et Aix
ENS / Lyon ou Paris (Rue d'Ulm)
ÉCOLE DES CHARTES
ÉCOLES DE MANAGEMENT
Écoles de la BCE, Écricome, Ismapp
LICENCE DE GESTION / 2 Dauphine
UNIVERSITÉS
Licence, Master, Doctorat
A/L

LA SPÉCIALITÉ THÉÂTRE EN HYPOKHÂGNE


Le cours (4 heures hebdomadaires) est assuré par M. Simon Chemama, normalien (Ulm), professeur agrégé de Lettres modernes, docteur en études théâtrales et dramaturge.
Comme toutes les autres disciplines de la classe préparatoire, l’enseignement du Théâtre en hypokhâgne vise à développer chez l’étudiant esprit d’analyse, rigueur intellectuelle et clarté de l’expression. Plus spécifiquement, il permet d’acquérir une solide culture théâtrale (maîtrise du vocabulaire, de l’histoire du théâtre et des mises en scène, capacité à mettre en perspective les spectacles vus et les textes lus…), et de travailler l’expression orale en public (parole et gestes). Il constitue aussi, pour ceux qui veulent se destiner aux métiers de comédiens, metteurs en scène, techniciens, relations publiques…, une formation très appréciée des professionnels du théâtre.
Il comporte différents modules.


/ Cours de dramaturgie et d'esthétique théâtrale (2h par semaine)

Il s’agit d’une présentation synthétique des formes théâtrales, des conceptions du théâtre, de ses « règles » et des types de jeu, depuis les théâtres antiques jusqu’au théâtre « postdramatique », principalement en Europe, mais aussi à travers la découverte de traditions très différentes (le théâtre japonais par exemple). Nous étudions de façon approfondie quatre ou cinq pièces par an. À chaque fois, la question de la représentation est posée (notamment du point de vue de la mise en scène contemporaine de ces pièces). L’un des sens du mot « dramaturgie » est en effet la « pensée du passage du texte à la scène » ; nous verrons, pour tel ou tel extrait, s’il existe une solution scénique plus juste que les autres.
 
AL th troyennes Soulier satin
Les Troyennes d'Euripide Le soulier de satin de Claudel

/ Cours d'Histoire du théâtre (2h par semaine)
Il se compose de deux chapitres différents.
Une histoire externe du théâtre. Le théâtre est un art vivant et une pratique sociale, et pas seulement un corpus de textes dramatiques et théoriques. Il s’agira donc d’étudier l’évolution
- des espaces théâtraux (du théâtre grec aux dispositifs contemporains) ;
- de la technique au théâtre (l’évolution de la lumière, du décor et du son) ;
- de l’économie du théâtre (de Mécène aux politiques culturelles d’aujourd’hui) et de sa sociologie (organisation des compagnies…).
Une traversée de l’histoire et des théories de la mise en scène au XIXe-XXIe siècles. On explore le renouveau théâtral initié à la fin du 19e siècle, à partir des propositions de Zola pour un théâtre naturaliste et l’aventure du Théâtre Libre d’André Antoine, puis de sa confrontation avec le théâtre symboliste de Lugné-Poe. Ce mouvement de fond étant européen, nous nous intéressons aussi à l’apport de Stanislavski et de Meyerhold (Russie), de Craig (Angleterre), d’Appia (Suisse), de Max Reinhardt (Allemagne)… En France, la première moitié du 20e s. est marquée par le Vieux Colombier de Copeau et le Cartel (Dullin, Baty, Pitoëff et Jouvet), mais aussi par l’extraordinaire apport d’Artaud. Après avoir découvert Brecht et sa quête d’un théâtre épique, nous nous interrogerons, de Vilar à Vitez, de Mnouchkine à Brook, de Chéreau à Wilson, sur les voies contemporaines de la création et les métamorphoses du théâtre public.
 
th olympico th p.chereau
Coupe du Teatro Olympico de Vicence Patrice Chéreau au travail

/ Pratique théâtrale (2h, une semaine sur deux)
En 2015-2016, les cinq premières séances ont correspondu à une initiation au jeu, sans texte ni parole : découverte de la méthode des View Points (travail sur le corps, l’espace, la relation au groupe), du mime (intervention d’Émilien Gobard), et de codes de jeu étrangers (la comédie latine, la Commedia dell’Arte, le Nô, le Kathakali).
Puis onze séances ont été consacrées à la mise en scène collective de Un mois à la campagne de Tourgueniev dans l’adaptation inédite (2015) de Michel Vinaver, avec un travail d’analyse dramaturgique, de réflexion sur les intentions de jeu, de diction et de mémorisation, et une représentation en fin d’année.
Nous sommes en contact étroit avec le monde du théâtre : avec nos deux théâtres partenaires à Lille et Villeneuve d’Ascq (visites des lieux, rencontre avec les équipes…), mais aussi avec des acteurs ou des metteurs en scène. À partir de 2017 nous organisons un séjour à Avignon (partenariat avec la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, lieu majeur de la création contemporaine ; séances de travail dans les archives de la Maison Jean-Vilar ; Festival Les Hivernales…).
Séance de pratique co-animée par Émilien Gobart, acteur professionnel (novembre 2015)
AL th pratique AL th l'Italienne
Séance de pratique co-animée par Émilien Gobart, acteur professionnel (novembre 2015) Séance de répétition de 'L'italienne à Alger' à laquelle nous avons assisté (mai 2016)

/ Atelier du spectateur (un spectacle toutes les 2 semaines en moyenne)
Il s’agit d’acquérir une véritable ouverture d’esprit et de développer son sens critique en assistant à de nombreuses représentations. Mais voir un spectacle s’apprend : comment préparer la sortie ? que regarder sur scène ? que retenir ? comment en parler ? Les spectacles sont parfois suivis d’échanges avec les équipes artistiques et sont commentés au cours suivant.
En voici, à titre indicatif, le planning des spectacles pour 2015-2016 :

lieu date, horaire (durée) Titre activité
ALOptionTheatre Rose des vents ombre jeudi 26 novembre
21h  (1h)
A Forbidden Act
Min-jung Kim
(performance)
AL thdunord jeudi 3 décembre
19h  (1h30)
Nobody
Falk Richter / C. Teste, MxM
suivi d’une rencontre avec l’équipe artistique
(performance filmique)
AL thdunord
vendredi 11 décembre
20h  (1h15)
 Nus, féroces et anthropophages
Coll. Jakart et Cie Brasileira de Teaotro
(performance)
ALOptionTheatre Rose des vents ombre
jeudi 17 décembre
19h (1h10)
Julia
Strindberg / Ch. Jatahy
(adaptation de la pièce) 
ALOptionTheatre Rose des vents ombre
jeudi 14 janvier
19h° (2h20)
Coriolan
Shakespeare / F. Laforgue
suivi d’une rencontre avec l’équipe artistique
AL thdunord
vendredi 29 janvier
20h  (1h45)
Dans la république du bonheur
Crimp / E. Vigier, M. Di Fonzo Bo
ALOptionTheatre Rose des vents ombre
mercredi 3 février
20h  (2h30)

Orestie
Eschyle / R. Castellucci
(adaptation de la pièce)
AL thdunord
vendredi 5 février
20h
Conte d’hiver
Shakespeare / D. Donnellan
AL thdunord
jeudi 17 mars
19h  (2h15)
Figaro divorce
Horváth / Ch. Rauck
suivi d’une rencontre avec l’équipe artistique
ALOptionTheatre Rose des vents ombre
mercredi 23 mars
19h  (2h20)
Badke (Augustijnen, Guerrero, De Vuyst)
+ Ode to the Attempt
(J. Martens)
 danse
AL thdunord
vendredi 29 avril
21h  (1h35)
Ceux qui restent
D. Lescot
théâtre documentaire
AL thdunord
mercredi 11 mai
19h  (4h20)
Ca ira (1) fin de Louis
J. Pommerat
AL atelierlyrique
vendredi 20 mai
 20h  (2h30)
L’Italienne à Alger
Rossini / Ch. Schiaretti
suivi d’une rencontre avec l’équipe artistique
 opéra
ALOptionTheatre Rose des vents ombre
jeudi 26 mai
19h  (2h30)
 Dom Juan
Molière / J.-F. Sivadier
suivi d’une rencontre avec l’équipe artistique

ALOptionTheatre Rose des vents ombre
mardi 7 juin
20h  (1h40)
Primera carta de San Pablo a los Corintios
A. Liddell
théâtre
performance
A/L
 
QUELQUES EXEMPLES D'ADMISSIONS
DE NOS ÉTUDIANTS
CES TROIS DERNIÈRES ANNÉES


ALPhotoResultats
 
A/L
LA SPÉCIALITÉ ALLEMAND



/ Hallo und herzlich willkommen am Lycée Faidherbe !

Au lycée Faidherbe de Lille, la khâgne «spécialité allemand» accueille des étudiants germanistes venant d’une hypokhâgne où ils ont étudié l'allemand en LVA ou en LVB et qui s'intéressent particulièrement à la littérature et à la civilisation des pays germanophones. Cette spécialité prépare les étudiants de manière intensive à de nombreux concours et cursus universitaires. Elle suit notamment le programme du concours de l’École Normale Supérieure de Lyon - Lettres Sciences Humaines (ENS-LSH) et prépare également à l'intégration d'une école de commerce ou à une poursuite d’études germaniques à l’Université. Elle s’inscrit par conséquent dans le parcours universitaire LMD, avec l’obtention de crédits ECTS (équivalence Licence 2). Outre le programme de l'ENS de Lyon (constitué de trois œuvres), les étudiants sont formés au thème littéraire, à la version, à l’étude de la presse et de la civilisation des pays germaniques. Ils en étudient également les réalités politiques et économiques. Et tous les deux ans, un voyage d'études à Berlin est proposé aux étudiants germanistes.
Entrée de la maison de Goethe à Weimar Johann Heinrich Wilhelm Tischbein, Goethe in der römischen Campagna (1787)

/ Pourquoi choisir la «spécialité allemand» en Khâgne ?

L'allemand en khâgne est plus que jamais un choix raisonné qui permet non seulement d'étudier le monde germanophone dans toutes ses dimensions (sa littérature particulièrement riche, ses philosophes, son histoire et sa civilisation), mais qui se révèle également être un véritable atout pour la poursuite des études supérieures et pour la carrière professionnelle. En effet, les étudiants ayant une bonne maîtrise de la langue allemande et connaissant bien les pays germaniques ont une bonne insertion professionnelle. De nombreuses institutions européennes et de très nombreuses entreprises allemandes et françaises sont, en effet, à la recherche de jeunes germanistes et leur proposent des emplois en France ou en Allemagne.

/ Faut-il avoir un bon niveau d'allemand dès le départ ?
Les groupes de «spécialité allemand» sont assez hétérogènes, car les étudiants ont étudié l'allemand soit en première ou en deuxième langue et viennent de lycées différents. Certains sont originaires d'une hypokhâgne d'un autre lycée qui ne propose pas de «spécialité allemand» et rejoignent le lycée Faidherbe en khâgne. Parfois ils sont issus d'une section européenne ou Abibac dans leur lycée d'origine. C'est pourquoi une remise à niveau importante est systématiquement effectuée au début du cycle.

/ Que fait-on en khâgne «spécialité allemand» ?
Les étudiants germanistes ont un enseignement hebdomadaire de 2 à 4 heures d'allemand en classe d'hypokhâgne et les étudiants «spécialistes» suivent 10 heures d'allemand en khâgne. Les cours sont de nature différente (littérature, traductions, étude d'articles de presse) selon le module.

/ Qui sont les professeurs ?
La particularité du lycée Faidherbe est que les étudiants ne travaillent pas avec un seul professeur d'allemand, mais avec plusieurs professeurs expérimentés, spécialisés et reconnus dans leur domaine. Ils sont en charge des différentes compétences requises pour les concours. Ceci permet un suivi précis et très personnalisé des étudiants. Ceux-ci sont, par exemple, accompagnés dans leurs choix des concours et lors des inscriptions en décembre et janvier.

/ La spécialité, prépare-t-elle au métier d'enseignant d’allemand ?
Les langues sont essentielles pour tous les métiers et toutes les formations futures. Elles servent à passer les concours de toute une série de formations, et elles contribuent à réaliser un projet de mobilité internationale après l'intégration d'une grande école ou d'une université. Seule une infime partie des étudiants ayant suivi la khâgne «spécialité allemand» se destine au métier d'enseignant d'allemand.

/ Où vont les étudiants après la khâgne «spécialité allemand» ?
  • L’École Normale Supérieure de Lyon
  • Les Instituts d’Études Politiques (SciencesPo)
  • Les Écoles de commerce (banques CCIP, IENA, Ecricome)
  • L’ISIT et l’ESIT, Écoles de traduction et d’interprétariat
  • Le CELSA (École d'information et de communication)
  • La Faculté de Droit de Lille 2 dans le cadre de sa convention avec le Lycée Faidherbe
  • Les doubles diplômes en Droits français et allemands en partenariat avec l’Allemagne
  • Une université proposant des études germaniques (par exemple Lille 3).
En outre, les étudiants se destinant à l’université suivent sans problème des doubles cursus de toute sorte.
(pour plus d'information, visiter le site de l'université franco-allemande à cette adresse : https://www.dfh-ufa.org)

/ Quel est le programme de l'ENS de Lyon ?
Le programme de l'ENS de Lyon change chaque année et il est publié à la fin du mois de mai. Les trois genres littéraires (théâtre, poésie, récit) sont obligatoirement représentés. A titre d'exemple, le programme de l’année universitaire 2017-2018 est composé des œuvres suivantes :
a) Else LASKER-SCHÜLER, Ausgewählte Gedichte, mit einem Nachwort von Uljana WOLF, FISCHER Taschenbuch; Auflage: 1 (25. Februar 2016), ISBN: 978-3-596-52099-2.
b) Friedrich DE LA MOTTE FOUQUÉ, Undine [1811]. Eine Erzählung. Reclam (UB 491), 96 p., ISBN : 978-3-15-000491-3.
c) Franz GRILLPARZER, König Ottokars Glück und Ende. [1825], Trauerspiel in fünf Aufzügen. Hrsg. von Karl PÖRNBACHER. Reclam. (UB 4382), 112 p., ISBN : 978-3-15-004382-0.

/ Qu'en pensent les anciens étudiants ?
Les anciens étudiants germanistes de khâgne «spécialité allemand» sont très satisfaits de leur choix. Ci-dessous quelques témoignages.

Camille K. (promo 2016) → École de commerce AUDENCIA, Nantes :
« Suivre une formation en allemand a été pour moi l'occasion d'assister à des cours de qualité et de me préparer au mieux aux concours qui m'intéressaient. J'ai pris du plaisir à découvrir la richesse de la culture germanophone tant d'un point de vue littéraire que civilisationnel. De plus, les cours sont dispensés par plusieurs professeurs ayant chacun leur domaine de compétence et cela est vraiment plaisant car ils nous permettent de bénéficier de conditions optimales pour progresser. »

Agathe C. (promo 2016) → Langue, Littérature et Civilisation Étrangère (LLCE) mention Allemand à l'université Lille 3, puis préparation au concours d'entrée à l’École supérieure de journalisme de Lille :
« Élève de classe préparatoire littéraire (AL) et germanophile convaincue, j'ai choisi en khâgne de suivre la spécialité Allemand. Cela m'a permis de pratiquer l'allemand de façon plus régulière, plus poussée et cela m'a beaucoup apporté. D'un point de vue linguistique bien sûr, mais également sur les plans culturel et civilisationnel.
Les cours de traduction ont été l'occasion pour moi d'enrichir considérablement mon vocabulaire et de prendre le temps de revenir sur des points délicats, de grammaire par exemple. Ils ont largement contribué à parfaire ma maîtrise de l'allemand. Tout au long de l'année, nous avons notamment traduit des extraits de textes littéraires extrêmement variés – de langue allemande comme de langue française – qui m'étaient, pour beaucoup, inconnus. J'ai fait de belles découvertes ! Auxquelles il faut ajouter les trois œuvres intégrales étudiées, de façon plus approfondie encore, en cours de littérature. Enfin, les cours de civilisation m'ont permis d'élargir ma connaissance du monde germanophone, de mieux comprendre son histoire, ses traditions, mais aussi les enjeux sociaux et politiques, voire économiques, auxquels il est aujourd'hui confronté. Dans le cadre de ce cours, j'ai notamment apprécié travailler à partir d'articles issus de la presse germanophone, dont je savais très peu de choses auparavant mais que je lis désormais régulièrement.
Je suis aujourd'hui en troisième année de licence Langue Littérature et Civilisation Étrangère (LLCE) mention Allemand à l'université et le travail mené dans le cadre de la spécialité allemand tout au long de mon année de khâgne porte ses fruits ! »

Louise S. (promo 2016) → (Institut d'Administration des Entreprises de Lille – IAE Lille) :
« Après avoir fait une classe Abibac au lycée Faidherbe, j'ai choisi de poursuivre mes études avec une classe préparatoire aux grandes écoles A/L en spécialité allemand. Nous étions seulement quatre élèves à avoir choisi cette option, ce qui a permis aux professeurs d'être particulièrement à l'écoute et de nous aider individuellement. Il y avait une grande place pour l'interaction orale, ce qui nous a permis de faire de réels progrès en allemand. Enfin, les œuvres étaient très intéressantes! Ce fut une très belle expérience que je recommande, même si la suite des études n'est pas centrée sur l'allemand car on y apprend beaucoup de choses ! »

Alice M. (promo 2015) → Licence 3 en Erasmus à l'université de Berlin, puis Master en recherche mention : « Allemand – Mondes germaniques » à l'Université de Strasbourg :
« En allemand tronc commun, nous sommes déjà peu nombreux, ce qui permet aux professeurs de fournir un enseignement et une aide très personnalisés. On cible nos difficultés, on travaille dessus et surtout, il ne faut pas hésiter à parler, parce qu’en petit groupe, il y a de la place pour tout le monde !
En spé allemand, on est encore moins. Dans ma promo, on était quatre. L’ambiance était toujours détendue, c’était un plaisir pour les élèves autant que pour les professeurs je crois. Cela m’a été très bénéfique. Etant de nature plutôt réservée, impossible de se fondre dans la masse dans un aussi petit groupe ! J’ai été obligée de développer mes capacités orales, de me lancer quand le groupe bloquait et que je n’osai pas donner la réponse. Je me suis rendue compte qu’on se complétait plus ou moins, que c’était l’union qui faisait la force. Là où j’étais plus faible, les autres pouvaient m’expliquer et inversement. La prépa, peu importe les matières, c’est toujours beaucoup d’entre-aide et c’est difficile à assimiler au début quand on se retrouve au milieu de premiers de classe. On voit les autres comme des rivaux, pas comme des égaux.
Pour ce qui est du programme, en tronc commun c’est plutôt libre, tant qu’on touche à la littérature la plus récente. En spé, c’est beaucoup plus complexe. Les œuvres à étudier sont souvent difficiles à lire et il ne s’agit pas de les survoler. C’est important de bien comprendre ce qu’on lit. Mais on est beaucoup aidés par les professeurs et cela reste très intéressant de voir l’évolution de la langue, d’étudier un texte comme on le ferait en français et de pouvoir inscrire l’œuvre et l’auteur dans son contexte historique, la société de son époque, etc… Mes cours préférés restent ceux de traduction, ou plutôt de thème, puisque la version se fait en tronc commun, mais c’est seulement une histoire de goût pour la langue allemande. Comprendre comment l’allemand fonctionne, indépendamment du français, réussir à détacher son esprit de sa langue maternelle pour comprendre un tout autre système d’expressions, de mots, de façons de penser, pour ensuite essayer de trouver des correspondances entre les deux, ça c’est fascinant. »

Olivier V. (promo 2014) → Études d'orthophonie en Suisse :
« La Khâgne allemand est une expérience que je revivrais avec plaisir. La littérature de différentes époques est bien sûr au centre de la formation, mais tout ne s'arrête pas là : la proximité avec les professeurs m'a permis d'étendre mon vocabulaire et de parfaire ma syntaxe. Si cela ne suffisait pas, l'actualité des pays de langue germanophone prend aussi une place importante dans l'enseignement, j'ai pu poursuivre mes études en Suisse sans m'y retrouver en terre inconnue. J'aurai appris beaucoup de cette formation ! »

image17

par Nikolaos Kalpakidis
pour l'allemand CPGE

A/L
CHOISIR
LA VOIE LETTRES A/L,

C'EST ...
ALPhotoChoisir

  • Opter pour une formation intellectuelle solide et pluridisciplinaire.
  • Se destiner à une grande variété de métiers où prime le rapport à autrui.
  • Cultiver sa curiosité et son esprit critique.
  • S’ouvrir au monde et apprendre à le déchiffrer.
  • Progresser dans une structure à taille humaine avec un suivi personnalisé.
  • Bénéficier d’un encadrement attentif pour révéler et épanouir les qualités de chacun.
/ DES ÉCOLES PRESTIGIEUSES ...
  • Les écoles Normales Supérieures : ENS Ulm, ENS Lyon, ENS Cachan
  • L’école Nationale des Chartes
  • Les grandes écoles de commerce : EDHEC, HEC, ESSEC , ESCP Paris
  • Les écoles de communication, journalisme : CELSA
  • Les écoles de traduction : ESIT, ISIT
  • Institut d’études politiques (IEP)
  • ...
/ ... POUR DES MÉTIERS TRÈS DIVERS
  • Journaliste
  • Chargé de communication dans une maison d’édition
  • Programmateur culturel dans un musée, un théâtre
  • Rédacteur à l’Assemblée Nationale
    Assistant parlementaire
  • Chercheur au CNRS ou à l’Université
  • Conservateur de musée ou de bibliothèque
  • Commissaire de police
  • Professeur dans l’enseignement secondaire ou supérieur
  • Agent de développement territorial
  • ...

/ PROFIL DU FUTUR ÉTUDIANT
La filière A/L recrute des étudiants désirant poursuivre l’étude de toutes les disciplines littéraires pour acquérir un profil solide avant de choisir une spécialité. Vous devez vous montrer curieux, travailleur et sérieux, pour réunir les principales qualités qui vous permettront de progresser et de vous épanouir dans l’étude des humanités classiques et modernes. Les résultats de Première et de Terminale doivent être homogènes et toute fragilité dans une matière doit pouvoir être compensée par de bonnes notes dans les autres disciplines. La formation s’adresse à toutes les séries générales du baccalauréat, et accueille aussi bien des élèves issus des classes de L que de ES ou de S. Tous y réussissent à égales proportions.